Chaque année, c’est le même rituel : le 1er janvier et le 1er septembre sont l’occasion des bonnes résolutions. Pour la nouvelle année, après avoir festoyé, il s’agit généralement de manger moins et de faire plus de sport. Pour la rentrée scolaire, l’accent est porté sur les économies ! En vous fixant un objectif zéro déchet pour la rentrée scolaire, vous réduisez vos dépenses et prenez de bonnes habitudes qui deviennent ensuite des réflexes.

Objectif zéro déchet pour les fournitures scolaires

Rentrée scolaire

Il faut savoir tirer profit de toutes les situations et le coronavirus vous offre au moins la possibilité de réaliser des économies. Pourquoi ? Parce que le port du masque n’incite pas à faire du lèche vitrine ; d’ailleurs, vous expliquez à vos enfants qu’ils ne vous accompagneront pas pour aller acheter les fournitures scolaires, sécurité oblige ! Ces charmants bambins sont les préférés des gérants de grandes surfaces, car ils sont les meilleurs prescripteurs. Sans eux, moins de pression et les économies deviennent évidentes.


Avant d’aller faire vos courses, regardez ce qui peut être réutilisable parmi les fournitures de l’année passée. Trousse, classeurs, protège-cahiers, règle, équerre, ciseaux, compas ou cartable font partie des objets qui durent des années.

Lorsque vous devez racheter ce type de fourniture, évitez les produits aux couleurs du dernier héros d’un film d’animation qui sera démodé l’année suivante ou qui ne sera plus adapté à l’âge de l’enfant. Ces fournitures sont de plus fabriquées dans les plastiques les plus polluants et les moins résistants, et viennent de l’autre bout du monde.

Sélectionnez des objets intemporels qui vont durer tout un cycle. Des matières comme le cuir ou le tissu de bonne qualité coûtent plus cher, mais vont durer des années. Pour les stylos qui sont plus périssables, achetez le minimum. Pensez au porte-mine métallique ou en plastique ultra résistant qui dure une vie, plutôt qu’au crayon de papier éphémère.

Les crayons de couleurs en bois sont les plus écologiques et ne vous laissez pas berner par les fabricants qui veulent vous vendre du plastique « pour ne pas prendre le risque des échardes ». Par ailleurs, n’incitez pas les fabricants qui vous vendent des petits objets dans des emballages en plastique démesurés. Une gomme ou un stylo doit être vendu à l’unité, sans emballage.

Nous devons utiliser notre pouvoir de consommateur : si vous n’achetez pas, ils arrêteront de le vendre, c’est aussi simple que cela. Lorsque vous voyez par exemple un stylo bille dans un emballage plastique et carton de la taille d’une demi-page de papier, ne l’achetez pas. Si tout le monde fait comme vous, en quelques années, ces abus disparaîtront.

Il y a quelques décennies…

Il n’est pas besoin de remonter à l’antiquité, mais seulement trente ou quarante ans en arrière, pour constater que tous ces comportements allaient de soi. Un cartable couvrait tout le primaire, puis un autre pour le secondaire. Les élèves écrivaient au stylo plume et n’utilisaient qu’une gomme pour l’année.

L’objectif zéro déchet pour la rentrée scolaire n’est en rien une punition, mais un juste retour à la mesure et au bon sens.

Objectif zéro déchet dans la cuisine

Bannissez la bouteille d’eau au profit de la gourde

Commençons par le sujet qui fâche : la bouteille d’eau ! Il y a quarante ans, certaines personnes en achetaient pour la maison, mais vous ne voyiez jamais personne avec une bouteille d’eau dans la rue, à l’école ou au bureau. La bouteille plastique est l’un des pires exemples de pollution en matière première et en énergie : elle coûte à conditionner, à transporter, à recycler. Elle n’est d’ailleurs majoritairement pas recyclée et pollue notre environnement. Lorsqu’elle est jetée dans la nature, il lui faut des siècles pour disparaître.

L’eau de robinet est excellente en France. Elle suffit pour la maison. Pour l’école et le bureau, vous disposez d’un grand choix de gourdes, entre la gourde en verre, la gourde en inox et la gourde isotherme. Il en existe de petit format pour les enfants ou qui vous suffisent lorsque vous sortez.

Pour les enfants (et les adultes !) qui aiment boire à la paille, optez pour les pailles réutilisables en inox ou en bambou.

Si vous déjeunez au bureau, vous trouvez des lunch-box très pratiques dans lesquelles les couverts durables sont intégrés. Si vous avez besoin d’emballage, choisissez du tissu en cire d’abeilles pour éviter cellophane et papier aluminium.

Faites vos courses sans sacs

Les industriels ont le chic pour détourner certains préceptes, sans en avoir l’air ! Les sacs en plastique sont bannis des grandes surfaces, sauf au rayon fruits et légumes. On a vu apparaître des sacs en plastique dits biodégradables. Vraiment ? Une fois rentré à la maison et vos fruits et légumes sortis, vous mettez le sac à la poubelle, car il ne se recycle pas. Il finit donc enfoui ou incinéré, comme le bon vieux sac plastique non biodégradable.

L’autre pratique douteuse des industriels est de vous proposer un sac en papier, donc issu d’un arbre, mais avec une bande en plastique transparent pour voir le produit à la caisse. Cette partie empêche de recycler le sac qui finit, lui aussi, enfoui ou incinéré.

Les sacs filets en coton pour les courses sont très pratiques et durables, contrairement à ce que leur finesse peu laisser penser. Vous achetez un lot, ce qui vous permet d’avoir toutes les tailles. Le sac se referme par un petit cordon que la caissière ouvre facilement pour vérifier votre contenu. Au bout de maintes utilisations, il vous suffit d’ajouter vos sacs à votre lessive et ils en ressortent comme neufs.

Le masque coronavirus

C’est l’accessoire mode de la rentrée, le masque coronavirus ! Autant prendre avec humour les directives qui rendent obligatoire le port du masque, alors que les personnes à l’origine de ces textes nous affirmaient qu’il était totalement inutile, il y a quelques mois seulement.

Évitez d’acheter des masques jetables, il vous suffit de deux masques en tissu par personne pour en avoir un d’avance, quand l’autre est à laver. Masque jetable ou masque tissu, le résultat est le même pour vous, mais pas pour l’environnement.

Purifiez l’air de votre maison (et éventuellement du bureau)

Puisque le virus est dans l’air, pensez à purifier l’atmosphère de votre maison, grâce aux huiles essentielles. Il vous suffit de quelques gouttes de ces extraits de plantes ultra concentrés dans un diffuseur pour embaumer, en même temps que désinfecter, l’air d’une pièce.

Pensez-y quand vous rentrez à la maison. Pour le bureau, tout dépend des conditions et des personnes avec qui vous travaillez. Choisissez l’huile essentielle de lavande, tea tree, ravintsara, citron, eucalyptus ou mieux le mélange d'huile essentielle On-guard.

Objectif zéro déchet dans la salle de bain

Des cosmétiques naturels

Il y a fort à faire dans la salle de bains pour atteindre l’objectif zéro déchet, car les cosmétiques sont souvent les pires représentants de la chimie et de la débauche d’emballages. Choisissez des produits naturels qui sont exempts de composés de la pétrochimie et de tous les colorants et arômes artificiels qui perturbent notre organisme, en même temps que l’environnement.

Le distributeur de gel douche

Pour la douche, les pains de savon ou les shampoings solides conviennent très bien. Si vous préférez le gel douche, vous trouvez des gels à la fois douche et shampoing dans des conditionnements de très grande taille. Il vous suffit de fixer un distributeur de gel au mur de votre douche et le remplir au fur et à mesure.
Non seulement vous économisez beaucoup d’emballages, mais vous utilisez beaucoup moins de produit. On a toujours tendance à utiliser trop de gel en se servant directement depuis le flacon, alors qu’une poussée sur le distributeur vous délivre une petite quantité suffisante. Ce type de distributeur se fixe sans outil, car sans percer le mur, en utilisant uniquement une colle silicone.

Plus de coton jetable, mais des lingettes lavables

Le coton jetable représente une quantité non négligeable de nos déchets, alors que les lingettes lavable et disques réutilisables font très bien l’affaire. Ils sont aussi doux et efficaces.

Pour remplacer les cotons-tiges, vous disposez d’oriculi  en bambou ou en acier qui sont réemployables à l’infini.

Les protections féminines sont particulièrement consommatrices de coton, elles sont désormais proposées dans des versions écologiques.

La brosse à dents est par définition un article jetable, alors, plutôt que de la choisir en plastique, optez pour la brosse en bambou qui termine sa vie dans le bac à compost.

L’habillement

Un mot rapide sur l’habillement, car il n’est pas possible d’atteindre l’objectif zéro déchet. Les vêtements ne sont pas éternels et vous êtes bien obligé d’en changer. Cependant, inutile d’en acheter des quantités astronomiques, car ils finissent souvent leur vie au fond d’un placard.

Il est préférable de consacrer un budget un peu plus important pour privilégier la qualité par rapport à la quantité. Évitez les tissus qui viennent de l’autre bout du monde et qui se désagrègent au bout de quelques passages en machine.

Apprenez aussi à vos enfants à respecter leurs habits (et ça vaut pour toutes leurs affaires) et à en prendre soin pour n’avoir à les changer que lorsqu’ils ont grandi.



L’objectif zéro déchet est assez facile à tenir, car les solutions de substitution existent pour remplacer durablement bien des objets. Vous allez prendre l’habitude de moins consommer et de consommer différemment. Les économies réalisées vont vite vous confirmer que ce comportement vous est largement profitable.


Laissez un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approvés avant d'être affichés